Katia Paré, BAM&Co.

Pour ma première interview, j'ai décidé de demander à Katia de répondre à mes questions !

Je vous laisse découvrir...

1) Est-ce que tu peux nous présenter ta marque BAM&Co et nous expliquer pourquoi elle est différente des autres produits que l’on trouve habituellement sur le marché ? Où peut-on la trouver ?


Katia : " BAM&Co c'est la volonté de casser les codes du bio en prônant l'originalité et la gourmandise avec de délicieux produits sucrés comme salés pour le petit-déjeuner, le goûter et l'apéritif. Nous travaillons sur une identité de marque colorée, inspirant la bonne humeur.


En plus de susciter le plaisir chez les gourmands, les produits BAM&Co sont vraiment naturels. 100% bio, ils ne contiennent ni additif, ni conservateur ni aucune substance controversée (sucres raffinés, arômes artificiels, huile de palme…).

En clair, nous utilisons de bons ingrédients et c'est tout !


Aussi, nous avons porté une attention toute particulière à l’équilibre nutritionnel de nos recettes. Tous nos produits sont ainsi notés « bon » ou « excellent » sur l’application YUKA.


Et parce qu’on a à cœur de rassembler tout le monde autour de la table, nos recettes conviennent à tous les régimes alimentaires : que vous soyez vegan ou intolérant au gluten, vous trouverez votre bonheur chez BAM&Co.


Actuellement nos produits sont disponibles en épicerie fine, dans des magasins de producteurs et sur notre site www.bam-et-co.com. "



2) Quel a été ton parcours pour en arriver jusque-là ?


Katia : "Après 2 ans de classe prépa, je suis arrivée à Audencia Business School. J’étais passionnée d’alimentaire, j’ai donc essayé de réaliser tous mes stages dans ce domaine. Je me suis orientée vers les grands groupes; à l’époque j’avais pour projet de rejoindre une grosse société. Je comptais me donner à 1000% pour arriver à un poste ou on avait le pouvoir de changer les choses, et de la haut, participer à ce vaste mouvement qu’est la transition alimentaire.


Malheureusement je me suis un peu ennuyé durant certaines de mes expériences. J’avais tellement d'énergie et de volonté, je bouillonnais !

Mais j’avais la sensation que cela ne servait à rien. Que je me donne à 100% ou à 200% ça ne faisait pas avancer les choses plus vite, il y a avait trop de hiérarchie, de process.

Je n’avais pas la sensation d’avoir trouvé ma place.


Grâce au cursus d’Audencia, j’ai eu l’opportunité de vivre 8 mois en Asie. J’ai beaucoup bougé, mais j’en ai aussi profité pour prendre du recul sur les dernières années de ma vie. C’est là-bas que j’ai eu le déclic : je veux mettre mon énergie au service de valeurs qui me sont chères.

Quand je suis rentrée en France, j’ai choisi le parcours Entrepreneuriat et Dirigeants de mon école. Et c'est là que j’ai commencé à construire ce projet. C’était en janvier 2018.

En mai 2019, BAM&Co voyait le jour sur Ulule ! "



3) Pourquoi avoir pris la décision d’entreprendre aussi jeune ? Quels sont les avantages ?


Katia : "Je ne pense avoir “choisi”. Je suis née dans une famille d’entrepreneurs, donc la création de projet, c’est quelque chose qui me fait vibrer depuis toujours. Pour autant, je me suis toujours dit “attends d’avoir de l'expérience avant de te lancer”. Je ne sais pas pourquoi je m’étais absolument mis ce frein en tête. J’ai été énormément soutenue par ma famille et mes amis quand j’ai voulu me lancer, je pense que c’est ça qui m’a permis d’aller au-delà de cet apriori.


Rétrospectivement parlant, c’est un vrai atout de se lancer jeune ! Déjà, on a beaucoup plus d'énergie, les études ne sont pas si loin, je me souviens avoir repris mon rythme de classe prépa quand j’ai commencé à travailler sur le projet. Quand on est jeune, on est plus fougueux aussi, on a vraiment la sensation que tout possible ! Il y aussi le côté pratico pratique de ne pas avoir d’enfant à s’occuper et à nourrir. Enfin plus on est jeune, moins la chute fait mal en cas d'échec. On tombe mais on ne tombe finalement pas de si haut, et on se relèvera vite. Alors que quand on a une stabilité qu’on est obligé de quitter pour entreprendre alors qu’on a déjà un niveau de vie élevé, c'est beaucoup plus dur et angoissant."


4) Comment as-tu fait pour passer de l’idée à l’action concrète ?


Katia : "Alors ça, c’est le plus dur je trouve. Je n’ai pas d’associé, donc j’étais un peu toute seule au début. Tant qu’on ne s’est pas lancé, on peut préparer, analyser, prévoir. On est dans l’ombre, on ne se mouille pas, le risque n’est pas encore vraiment pris vu qu’on ne s’est pas encore vraiment lancé…

Mais en 2019 je me suis dit, “Si je ne lance pas mon projet cette année, quelqu’un d’autre le lancera” cela m’a mis un petit coup de pression. D’un autre côté, cela faisait 1 an que je préparais le projet et je pense que j’avais aussi envie d’autre chose, d’action et de concret. Et puis un jour il a fallu inscrire une date de début pour la campagne de crowdfunding, une date qu’on ne pouvait pas changer. Et hop on est passé à l’action !"


5) Est-ce que démarrer une entreprise dans la Food tech est très compliqué ?


Katia : "La food tech je ne sais pas …La food, oui, je trouve. Si je n’étais pas passionnée, c'est le dernier secteur dans lequel je me serais lancée. C'est très très concurrentiel, il y a des tonnes de normes, et la production alimentaire … Quel enfer et source de stress ahaha !

Par contre c’est un secteur vibrant, qui touche tout le monde, qui bouge et qui change !

Si on est passionné et bien accompagné : tout se passera bien :)


C’est d’ailleurs pour cette raison que je souhaiterais lancer l’année prochaine un accompagnateur pour les projets food, histoire que mes galères du début servent à d’autres !"

6) Tu as lancé une campagne de crowdfunding pour BAM&Co, comment ça s'est passé ? Penses-tu que c’est un bon tremplin pour lancer sa marque ?


Katia : "C’est LE MEILLEUR tremplin à mon sens ! Cela permet de tester son projet, de rassembler des gens autour de sa marque et aussi de commencer à appréhender les volumes. Nous, on a commencé à potasser dessus 3 mois avant, et on est super content de notre campagne :)"


7) Ta ou tes plus grande(s) fierté(s) en temps qu’entrepreneur ?


Katia : "Le jour où la Grande Epicerie de Paris m’a appelé pour me dire qu’ils voulaient qu’on travaille ensemble."



8) Ta plus grosse déception/erreur ?


Katia : "Je cherchais un sous traitant pour fabriquer ma recette innovante de confibam. La confibam, c’est un peu comme une confiture mais avec 70% à 80% de fruits, sans sucres raffinés et avec des graines de chia en remplacement de la pectine.

J’avais trouvé quelqu’un de super ouvert ! J’étais aux anges ! On a travaillé ensemble pendant plusieurs mois. Et un jour il m’a dit qu’il sortait ma recette sous son nom de marque à lui. J’avais été beaucoup trop naïve, et je me suis fait piqué ma recette 4 mois avant de la lancer. Cela m’a beaucoup appris et finalement j’en suis ressortie plus forte et j’ai trouvé un autre sous-traitant avec qui tout est clean !

Quand il m’arrive des galères comme ça, j'essaye toujours de trouver le point positif qui peut découler de cet événement à priori négatif."



9) Comment fait-on pour sortir du lot avec autant de concurrence ?


Katia : "Il faut bien connaître le marché et chercher ce qui n’existe pas encore !

Il faut s’ouvrir et bouger. La confiture à base de graines de chia, je l’ai découverte lors d’un road trip en Australie par exemple. Après, et c'est le plus dur, je pense qu’il faut s'approprier les produits et avoir une identité singulière, propre à nous et qui nous caractérise. Enfin je pense que sortir une gamme de produits au lieu d’un seul produit est un véritable atout."



10) Où te vois-tu dans 10 ans avec BAM&Co ? Dans l’idéal.

Katia : "Mon rêve serait que la gamme BAM&Co compte des centaines de produits et qu’elle devienne la référence du bien manger gourmand, naturel et sain."



11) Si tu pouvais revenir en arrière, est-ce que tu changerais quelque chose ? Que ce soit sur le plan personnel ou professionnel.

Katia : "Je ne changerais rien ! Il est certain que si je devais recréer le projet BAM&Co aujourd'hui, je mettrais 3 mois, pas 1 an et demi. Mais chaque erreur, galère, détour m’a tellement apporté ! C’est ça qui fait que je suis plus renseignée, moins naïve et beaucoup plus forte qu’avant. Et je ne changerai ça pour rien au monde ;) "



12) Quel conseil donnerais-tu à un(e) jeune entrepreneur(e) qui souhaiterait se lancer ?


Katia : "Go ! Tu es jeune tu n’as rien à perdre et tout à y gagner ?

Et si je peux aider c'est avec plaisir :) "


12) Un(e) entrepreneur(e) que tu admires ? Et pourquoi ?


Katia : "Mon père. Un visionnaire de génie ! Je me reconnais dans sa manière d’entreprendre et de développer des projets. C’est vraiment quelqu’un qui m’inspire énormément et à qui je souhaite ressembler plus tard en tant qu’entrepreneur.

Ma mère. C’est une toute autre vision de l’entrepreneuriat, mais je trouve qu’elle équilibre à merveille celle de mon père."



Katia Paré, fondatrice de BAM&Co.


Abonnez-vous pour suivre l'avancement de mon projet!

  • LinkedIn Social Icône
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc